Actualités

2018 dans le rétroviseur (2)

15 décembre 2018 | 0 commentaire

Comment rendre compte en quelques phrases d’une année dans les territoires, avec ses très riches heures ? En mettant en avant les événements qui ont, chaque mois, le plus marqué l’actualité. Aujourd’hui, le second trimestre 2018, qui nous conduit des méandres de la loi ELAN aux discours dans les territoires, en passant par le mensonge d’une (belle) nuit d’été. Gardez votre gilet jaune…

Avril. Bambi prend son élan. Une nouvelle loi doit voir le jour. Elle porte sur l’évolution du logement de l’aménagement et du numérique (ELAN). Dans la forêt métropolitaine, alors que le jour se lève, un bruissement parcourt la forêt : la naissance prochaine d’une nouvelle loi, portant sur l’évolution du logement de l’aménagement et du numérique (ELAN). Bambi s’élance dans la forêt législative. Pourtant sa maman l’a déjà averti de ne pas courir dans les herbes (réglementaires) sans avoir vérifié auparavant l’absence de danger. Suivons-le dans sa course folle… Justement ! Le projet de loi entend accélérer la vente de logements sociaux directement aux locataires occupants, pour passer de 8000 à 40 000 ventes par an. Et surtout, la vente se fera désormais au prix fixé par le bailleur, et non à celui fixé par France Domaine

Mai. Mensonge d’une nuit d’été. « J’expire » dit le roi Tax, du royaume d’Abitation. Son frère Tax Foncier, dit le bâti, s’apprête à monter sur le trône. Mais son neveu va-t-il simuler la folie pour revenir à la juste valeur des choses, c’est-à-dire une taxation juste, négociée et acceptée ? Tel est le scénario de la pièce inédite qui a été proposé cette année, en ouverture du festival d’Avignon par Gérald Philippe. Pas Gérard Philipe, vous avez bien lu. Un commentaire de texte s’impose. Avec la fin de la taxe d’habitation, le problème est aussi simple que celui des épreuves de feu le certificat d’études : quelle est l’équation qui permet de trouver d’un côté 26 milliards tout en les supprimant, de l’autre, mais sans créer de nouvelle(s) taxe(s) ?

Juin. Les territoires parlent aux territoires. En mois anniversaire du Débarquement, suivez-nous sur les sables mouvants de ces relations, toujours complexes, entre l’Etat et les collectivités locales. Ici Londres… ici Londres… « Les zélus doivent avoir confiance ». Je répète : « Les zélus doivent avoir confiance ». Serait-ce le message codé à destination des élus dans les territoires ? Le débarquement des espérances (budgétaires) s’est opéré avec les pactes de modération ou de confiance sont censés faire faire des économies aux finances publiques. Au nombre théorique de 342, on ne sait plus très bien. Si tout était si clair et si avantageux pour les zélus, l’Etat s’empresserait de communiquer l’information recueillie par ses préfets, avec la « rapidité du fluide électrique » pour paraphraser Bonaparte (Lucien).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − 5 =