Actualités

Accordéons les territoires

12 juin 2018 | 0 commentaire

Usés jusqu’à la corde (eon), comment faire pour que les mots gardent leur sens ? Prenons par exemple l’expression de « cohésion des territoires ». Que veut-elle dire finalement, à force d’être répétée à longueur de débats (parlementaires), d’exposés (universitaires) et de conversations (de salon ou de bistro) ? Justement, rendons hommage à Yvette Horner, qui vient de décéder, et son apport aux territoires.

 

Caravane. Yvette Horner incarne dans l’imaginaire collectif cette gigantesque fête populaire qu’est le Tour de France. Juchée sur la caravane du Tour dans les années 1950, la première championne du monde de l’accordéon enflamme la caravane de la Grande Boucle et anime des centaines de bals populaires. Et quel meilleur vecteur de cohésion que le Tour de France… Au-delà bien sûr des exploits sportifs.

Cohésion. Ici radio-Tour… « On nous apprend que les parlementaires débattent en ce moment de la création d’une Agence nationale de la cohésion des territoires ». A vous l’antenne… « Oui,  il s’agit de répondre aux multiples fractures, identifiées de longue date, qui traversent les territoires ruraux et périurbains : fracture dans l’accès au numérique, dans l’accès aux soins, dans l’accès aux services publics et dans le domaine de la mobilité ». Allo, allo, désolé, on vous reprend l’antenne pour informer nos zoditeurs de l’échappée du hollandais Joop Zoetemelk dans l’Alpe d’Huez…

Simplicité. Dans quelques semaines, la caravane du Tour va s’élancer. De ville en ville, on pourra observer les animations organisées par les zélus et préparées tout au long de l’année. Pour entretenir et faciliter justement ce lien collectif. Elus qui auront préparé leur candidature, plusieurs années de suite, afin d’être ville étape de la Grande Boucle. Dans des centaines de lieux, la « fête de juillet » qu’est le Tour de France réunira les générations que celles et ceux qui se côtoient peu le reste de l’année. Peu importe dès lors qu’une énième agence peuple la République des comités. Car le Tour de France, une fois encore, rendra possible ces rassemblements et donc, ces moments de fraternité, mot souvent oublié de notre devise républicaine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × quatre =