Actualités

Après les municipales, les premières mesures des nouveaux maires

6 mars 2014 | 0 commentaire

Après les élections municipales, et en cas d’alternance, le nouveau maire et ses nouvelles équipes vont devoir répondre aux défis de l’installation. A cet égard, les besoins des maires et des présidents d’intercommunalités, à l’issue d’un renouvellement électoral sont de quatre ordres : connaître la situation financière, définir la stratégie de mandat, appliquer les premières mesures et impliquer le personnel communal.

  • Tout d’abord, il s’agit de connaître la situation financière précise de la collectivité, dans un délai très bref, en raison des échéances courtes liées au budget à adopter immédiatement, au compte administratif et à la décision modificative dans les semaines qui suivent l’élection ;
  • Ensuite, il convient de définir une stratégie pour la durée du mandat, qui prenne en compte les engagements de campagne et la réalité de la situation de la collectivité (investissements en cours, état du personnel ;
  • Par ailleurs, maîtriser le changement sur la durée du mandat dans un contexte financier tendu au niveau national pour les collectivités (baisse des dotations) et avec des marges de manœuvre limitées au niveau local, en raison de la difficulté à recourir à la fiscalité ;
  • Enfin, mettre en place une stratégie sur le territoire de la collectivité, qui va des premières mesures à appliquer à l’accompagnement des projets du mandat.

Pour accompagner les nouvelles équipes, dès le lendemain des élections, il va falloir pour les nouveaux maires, et dans des délais resserrés :

  • Conduire un état des lieux financier dans les premiers jours suivant l’arrivée de la nouvelle équipe, afin d’en dégager les lignes de force et les marges de manœuvre de la collectivité ;
  • Accompagner le maire à mettre en œuvre sa stratégie dans les premières semaines de sa prise de fonction ;
  • Accompagner la maîtrise du changement, notamment par un accompagnement en interne des services de la collectivité et l’implication du « quarteron » dans la conduite des affaires locales. Rappelons que ce quarteron est cet ensemble composé de l’électeur, du contribuable, de l’usager et du citoyen ;
  • Mettre en place un pilotage sur la durée du mandat. Ce sujet est délicat car il convient d’éviter deux écueils, celui de l’une « usine à gaz » incompréhensible tant les tableaux de bord s’empilent et celui de la « passoire à tout justifier ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + huit =