Actualités

Ca coule de source

4 septembre 2018 | 0 commentaire

Vous prendrez bien un petit verre d’eau minérale. Mais pour quoi faire ? Eh bien trouver le ressort nécessaire pour remonter à la source (du prélèvement). Mais comment ? En rappelant l’étymologie du mot ressourcement, à savoir « trouver de nouvelles forces, en revenant à ses racines, à ses valeurs ». Ça coule de source, non ? Allez, quelques pubs d’eau minérale pour digérer la nouvelle…

Badoit, source de joie. Suivez-nous dans ce périple des gentilles eaux non polluées, à travers les reliefs éternels de la Gaule, réfractaires donc aux changements géologiques trop brutaux. Historiquement, l’impôt sur le revenu est mis en place en 1914 en France. La retenue à la source sur les salaires est instaurée par décret du 10 novembre 1939, sous le nom poétique de « stoppage à la source », avant d’être supprimée en 1948. Suivent alors près de 70 ans de propositions.

Perrier, c’est fou. Avec le prélèvement à la source (PAS), on passe d’un système volontaire, dans lequel le contribuable acquitte son impôt, à un acte subi où le prélèvement est opéré par le fisc via l’employeur. Que devient le consentement à l’impôt ? N’est ce pas pourtant l’un des fondements de 1789, brandi jusqu’à plus soif par les contempteurs libéraux ? Là où le bât risque de blesser techniquement est la nécessité d’interconnecter parfaitement le système d’information du fisc avec celui de tous les employeurs. En même temps, à l’arrivée, 1% d’erreurs ne concerneront « que » 400000 contribuables. Il est vrai que le logiciel Louvois, qualifié de fou, a laissé de beaux souvenirs aux Armées…

Contrex, votre inconscient est contre. Le problème du prélèvement à la source, c’est le jour d’après. Ou plutôt le salaire du premier mois de la réforme amputé de l’impôt. Cela pourra être vu comme une baisse de pouvoir d’achat alors que la croissance baisse, l’inflation repart, les salaires n’augmentent pas ou peu et les prélèvements sociaux se sont accrus. De quoi inciter à la constitution d’une épargne de précaution qui ferait baisser la consommation.

Pourquoi n’avoir pas rendu obligatoire le paiement mensuel de l’impôt ? En voilà une idée qu’elle est bonne. On laissait les employeurs en dehors de l’impôt. N’eussent été concernés que les contribuables qui payaient l’impôt. Le tout en évitant les bugs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + 20 =