Actualités

Clemenceau et la liberte regionale

11 novembre 2015 | 0 commentaire

Novembre 1919. La campagne pour les élections législatives de l’automne 1919 bat son plein. Il est naturel que le chef du Gouvernement, en la personne de Georges Clemenceau, se déplace dans la ville emblématique des provinces perdues de l’Alsace-Moselle. Or le Tigre va prononcer à Strasbourg un discours très décentralisateur et régionaliste ! Cela peut paraître étonnant lorsque l’on songe à la concentration des pouvoirs qu’il a opérée durant la Première Guerre mondiale.

 

Le contexte. La décentralisation vit sous le régime de la loi du 10 août 1871 pour les départements et de la loi du 5 avril 1884 pour les communes. Le préfet est l’exécutif du département, alors que les mesures prises par les maires doivent être validées formellement par le préfet pour être exécutoires.

 

Paris – province. Le Tigre y prononce à Strasbourg un discours très décentralisateur. Cela peut paraître étonnant lorsque l’on songe à la concentration des pouvoirs durant la fin de la Première guerre mondiale. En réalité, Clemenceau retrouve ici les élans de celui qui fut maire de Montmartre, avant les événements tragiques de la Commune de 1870. En précisant que « nos régimes ne se sont que trop bien accommodés d’un état de choses qui facilitait l’obéissance universelle », Clemenceau souhaite redonner l’initiative aux « mouvements de la vie régionale ». L’organisation centralisée doit être débarrassée de ses aspects néfastes. Les chambres « doivent s’alléger du travail revenant aux assemblées locales, les Français ayant le droit de ne pas être de Paris ».

 

Décentralisation économique. Pour le Tigre, la véritable réforme est dans « l’organisation du régime de liberté régionale », où les provinces « doivent revenir à la vie d’une expansion d’indépendance ». Cette affirmation va ainsi beaucoup plus loin que les régions économiques, dessinées par son ministre Clémentel, en plein conflit. La volonté décentralisatrice de Clemenceau en faveur de la région ne trouvera guère d’écho dans les années 1920. L’idée régionale sera reprise durant la crise des années 1930, notamment par un groupe de polytechniciens, baptisé « X-crise » qui planche sur la nécessité d’organiser l’administration à un niveau supra-départemental. L’idée régionale tient un angle d’attaque et c’est par la voie économique que l’idée régionale prendra son essor.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − 4 =