Actualités

Le conte de Metropolisto

14 mars 2019 | 0 commentaire

Château d’If (Marseille). De notre envoyé spécial. Le célèbre roman d’Alexandre Dumas aura une suite. Oui ! Son héros aurait réussi à prendre possession du trésor caché dans l’île de Métropolisto dont on lui avait signalé l’existence, non sans vouloir venger méthodiquement ceux qui l’ont trahi… Suivez-nous dans les méandres de cette énigme des parts « tementales », alors que « deux mâles blancs », selon la terminologie utilisée naguère par le chef de l’Etat, viennent de se remettre un rapport sur la fusion entre la métropole de Marseille et le conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Vingt ans après (plus de). Les premières tentatives de regroupement institutionnel dans la région urbaine de Marseille sont menées sous l’impulsion de l’État. En 1966, Gaston Defferre refuse la proposition de création d’une communauté urbaine. Il souhaite se prémunir contre le risque de voir son leadership remis en cause par les communes communistes ou de droite. Il est entouré par un jeune conseiller élu sur sa liste, Jean-Claude Gaudin. En 1999, Marseille se constitue en communauté de communes puis, quelques années plus tard en communauté urbaine et enfin, en 2016, en métropole, non sans laisser subsister des conseils de territoires dotés de compétences mais sans personnalité juridique ni budgets propres.

Les trois mousquetaires : l’Etat, la métropole, le département. Ainsi, l’Etat propose que le périmètre géographique de la nouvelle métropole soit celui de l’actuel département des Bouches du Rhône. Le suspense de l’attente de cette proposition était insoutenable ! La question du pays d’Arles est traitée dans le rapport pour… mieux rejeter la possibilité de création d’une intercommunalité à statut particulier. En outre, le rapport comprend une proposition surprenante sur le plan du droit qui consisterait à raccourcir le mandat actuel des conseillers départementaux ; ce à quoi le conseil constitutionnel s’est jusqu’ici opposé de façon constante et particulièrement claire.

L’arène Margot. L’arène ? Ben oui, celle de la prochaine élection municipalo-départemantalo-métropolitaine. Enfin, si l’évolution du statut franchit les étapes législatives d’ici 2020. De nombreux maires demandent même que la métropole se concentre sur les compétences essentielles et laisse les communes exercer les compétences de proximité. Non mais quel toupet ! Mais, dormez tranquilles. L’Etat acceptera difficilement que certaines des compétences puissent être rétrocédées aux communes.

Au final, pas sûr que le citoyen s’y retrouve aisément. Ah bon, parce qu’on lui demande son avis à lui ? Mais oui, vous savez, même que certains ont parlé du risque d’un effet déceptif du grand débat… Comme quoi, à défaut de trouver des solutions adaptées à chaque territoire, le grand débat aura contribué à enrichir notre vocabulaire.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + seize =