Actualités

En attendant Zadot…

17 janvier 2018 | 0 commentaire

ZAD. Zoom avec danger (politique). Telle est la définition de la ZAD ces temps-ci. A quelques jours de l’expiration de la validité de la déclaration d’utilité publique (DUP) du projet de construction d’un aéroport prévu à Notre Dame des Landes, en Bretagne.

Concorde (absence de). C’est le moins que l’on puisse dire pour ce projet. Rappelons juste que les premières acquisitions foncières ont été réalisées par l’Etat en… Un indice ? Le Premier ministre était également maire de Bordeaux. Pas suffisant me direz-vous. Bon d’accord ! Eh bien, le président de la République était un ancien cadre financier d’une grande banque. Là encore, cela ne suffit pas pour être sûr… Mais alors, c’était quand ? Euh, sachez qu’à l’époque, la Caravelle représentait le fleuron de l’aviation française. Et la réponse est… 1971.

Rafale (critiques en). Poursuivre ou non le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? Juridiquement, ce projet a certes franchi toutes les étapes. Des centaines de recours ont même été rejetés. Il y a même eu un référendum en 2016 mais fortement contesté par les opposants. Et puis, il y a la ZAD. Initialement terme obscur renvoyant aux procédures d’urbanisme, une ZAD est une « zone d’aménagement différé ». Il faut reconnaître que le terme est particulièrement bien choisi dans le cas présent. Mais, ce sigle représente désormais la « zone à défendre », occupée par des écologistes, rejoints par des contestataires de tout poil, façon Woodstock.

Mirage (fin du) ? Au-delà de la décision de construction ou non de l’aéroport, deux difficultés se posent. La première est que l’Etat a indiqué que la ZAD devrait être évacuée. La deuxième difficulté sera celle de l’indemnisation de l’entreprise qui s’est vue confier la construction et l’entretien de l’infrastructure aéroportuaire, Vinci. Prudents, les experts chiffrent le coût d’indemnisation entre zéro et 350 millions d’euros. Bah… Cela ne représente après tout qu’un tiers des portiques éco-taxe installés, démontés et indemnisés.

En attendant Godot, euh Zadot…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 5 =