Actualités

La décentralisation est-elle de droite ou de gauche ? 3/5- A la fin du XIX° siècle, la gauche républicaine s’empare du sujet

24 octobre 2011 | 0 commentaire

A chaque rendez-vous électoral, national ou local, les analyses sont marquées par cet affrontement droite-gauche, provoquant alors ces « poussées de fièvre hexagonale » pour reprendre l’expression de l’historien Michel Winock. La décentralisation échappe-t-elle à ce phénomène ? A la veille de l’échéance présidentielle de 2012, parcourons notre histoire depuis la Révolution, en analysant ce thème, en cinq épisodes.
Aujourd’hui, le troisième épisode nous conduit à la fin du XIX° siècle, avec les avancées majeures de la République dans les territoires par la loi du 5 avril 1884.

» Le programme de Nancy. Il occupe une place capitale dans l’histoire de la décentralisation. Rédigé à la fin de l’Empire, dans sa période plus libérale, il n’est l’œuvre d’aucun poids lourd politique, mais une contribution de plusieurs intellectuels lorrains, dont la phrase capitale résonne comme un écho : « ce qui est national à l’Etat ; ce qui est régional à la région ; ce qui est communal à la commune ». La décentralisation tient son mot d’ordre.

» A gauche, la Commune de Paris. Celle-ci prône en 1870 un fédéralisme intégral qui réduirait quasiment à néant le rôle de l’Etat, affolant tout autant les républicains que les conservateurs, et rendant d’autant plus nécessaire une législation décentralisatrice. Au début de la III° République, la gauche, de tradition jacobine, va laisser à la droite – plus exactement aux forces conservatrices – le thème de la décentralisation, avec toujours la nostalgie des particularismes locaux liés aux provinces de l’Ancien régime.

» Au centre-gauche, l’apport majeur des républicains « opportunistes » avec la loi du 5 avril 1884. L’avancée majeure de la décentralisation initiée par cette loi a été rendue possible par le retour au pouvoir de Jules Ferry, avec Waldeck-Rousseau au ministère de l’Intérieur. La « République opportuniste » (à l’époque, l’expression n’est aucunement péjorative), fait le pari de la démocratie locale par l’élection au scrutin direct des conseillers municipaux, ainsi que par cette disposition-choc : « le conseil municipal règle, par ses délibérations, les affaires de la commune ». Par cette loi, la République entre concrètement dans les communes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + 10 =