Actualités

La légende des anges

5 juin 2019 | 0 commentaire

Hommage à Michel Serres, qui vient de décéder. Ancré dans les territoires, il fut un intervenant régulier dans les médias pour expliquer inlassablement l’importance de la réflexion philosophique dans nos sociétés ouvertes, désenchantées et largement désacralisées. A l’aide de quelques uns de ses ouvrages, parcourons le sujet de l’autonomie fiscale des collectivités locales.

Détachement. Dans l’histoire récente des collectivités hexagonales, aucun lien vertueux n’a pu être montré entre « décentralisation » et « autonomie fiscale ». En effet, la décentralisation a progressé depuis des décennies, quoi qu’en disent les thuriféraires du déclin. En témoigne le poids actuel du secteur local dans le PIB, supérieur de 3 points à ce qu’il était en 1982. En revanche, l’autonomie fiscale a reculé puisque l’État a tendance, sur la moyenne durée, à remplacer des impôts locaux décidés par les collectivités par de la dotation, maîtrisée par lui bien évidemment.

Le passage du Nord-ouest. Bien connu des marins, la formation initiale de Michel Serres, le passage du Nord-ouest désigne ce couloir de franchissement du Grand Nord. Appliqué aux collectivités locales, cela pourrait indiquer le chemin budgétaire à venir pour les prochains exercices. A ma droite, le récif des dépenses contraintes. A ma gauche, les sanctions de l’État si les dépenses augmentent trop. Au milieu, les icebergs des dépenses obligatoires qui augmentent plus vite que les plafonds autorisés. Bon, il reste le rétroviseur…

C’était mieux avant. Ah oui, vraiment ? Des budgets rédigés par le préfet… avec l’argent du département. Pas mal, non ? Eh bien la France d’avant 1982 vivait à ce rythme. Ben oui, puisque le préfet en assurait le pouvoir exécutif. « Pile, je décide et face tu payes » semblait dire alors le Janus étatique dans les territoires… Pratique, non pour financer un gymnase, une école, une route. Bon prince, l’État laissait une petite place aux zélus pour couper le ruban. Mais après lui, hein.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − onze =