Actualités

Le retour du canton

29 avril 2019 | 0 commentaire
Le canton, un maillon clé de la présence de l’État dans les territoires ». Un propos de l’un des 104 présidents du conseil de la IIIeme République, ressorti de la naphtaline pour un examen d’étudiants de L3 en droit administratif ? Pas du tout. C’est l’actuel locataire de l’Elysée qui l’a dit la semaine dernière. « Chacun des 2054 cantons devra être doté d’une maison France services ». L’occasion de décliner le mot magique, que l’on croyait rangé au rang des souvenirs de l’ancien monde, en allant faire un petit tour… chez les suisses et à la SNCF.

Canton suisse : pour permettre de s’exprimer. La Suisse est souvent qualifiée de plus vieille des démocraties. Bon d’accord, après les grecs. Pas question dès lors de toucher aux cantons qui servent tout à la fois de circonscriptions électorales et de subdivisions administratives. Et malheur à qui voudrait les remettre en cause… Est-il d’ailleurs même né ? Le caractère sacro saint des votations atteste du poids et du rôle du pouvoir citoyen. Le vrai, hein, pas celui que l’on ballotte de fausses promesses en pseudo réformes esquissées durant une campagne électorale ou une crise et vite remisées quand vient le temps des décisions. Mais ça va pas la tête, non  ? Il ne manquerait plus que l’on demande l’avis des citoyens !
Canton SNCF : pour éviter les accidents. Le canton est une portion de voie ferrée qui est la base du système permettant l’espacement des trains. Il permet d’éviter les rattrapages et donc les accidents. Le feu rouge clignotant est un signal ferroviaire utilisé à la SNCF pour l’espacement des trains, appelé cantonnement. Dans les collectivités, ce sont les gilets jaunes qui auraient signalé l’espacement des réformes qui devaient signifier la mort des départements, et donc des cantons.
Canton (riz de) : pour accompagner les plats de résistance (des réformes). Bien sûr, il est loin le temps où la Grande-Bretagne et la France imposaient l’ouverture de la Chine au commerce international après 1860. Mais n’oublions pas le développement exponentiel des restaurants éponymes et son incontournable riz cantonais. C est mieux que nature car l’accompagnement pourrait vous faire oublier le côté étouffant. Dites, vous reprendrez bien quelques cuillerées pour avaler les réformes. Lesquelles ? Vous avez le choix. Fin des finances locales. Étouffement des initiatives locales par asphyxie de leurs initiatives. Enfermement de leur  pouvoir réglementaire dans le corset du pouvoir régalien…  Bon, une fenêtre de tir se profile avec les municipales. Mais profitez en parce que une fois refermée la fenêtre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze + 17 =