Actualités

Petit abécédaire des élections municipales – par Jean-Luc Boeuf

17 décembre 2013 | 0 commentaire

A quelques semaines des élections municipales, cet abécédaire permet de se faufiler dans les enjeux de ce scrutin. Et comme un dictionnaire peut s’assimiler à un « condensé rassurant de nos incertitudes » selon l’expression de Pierre Nora…

Abstention. Plus importante qu’aux débuts de la Cinquième République, l’abstention aux élections locales a moins d’incidence sur les résultats puisque les conditions de maintien éventuel au second tour dépendent des suffrages exprimés et non des électeurs inscrits.

Bureau(x) de vote. Au-delà d’une certaine taille démographique, les électeurs sont répartis en différents bureaux de vote ; l’occasion de visiter les écoles maternelles et primaires de sa ville !

Compétence(s). La commune dispose de la « clause générale de compétence », qui lui permet d’intervenir très largement dans les affaires locales, à moins que l’intercommunalité n’exerce la compétence (ordures ménagères, équipements sportifs…) ; ce qui rend plus difficile la recherche du « responsable ».

Dépouillement. Le moment clé d’une longue journée.

Electeur. Le corps électoral est plus important que pour les élections nationales, puisque les ressortissants de l’Union européenne participent au scrutin.

Finances locales. Les dotations de l’Etat, en baisse, et la fiscalité, contenue, représentent plus des huit dixième des ressources des collectivités locales. Les promesses faites sur le terrain devront être économes des deniers publics !

Gagner !

Habitation (taxe d’). L’impôt direct local maitrisé par les communes et les intercommunalités. Très sensible et dont les bases attendent néanmoins leur révision depuis cinquante ans…

Intercommunalité. « Le » mot de ces élections municipales. Avec le scrutin « fléché », les électeurs sauront qui les représentera dans les communautés de communes, d’agglomération, urbaines et autres métropoles.

Joutes. N’en déplaise aux Cassandre de tout poil, les candidats aux fonctions municipales sont toujours nombreux et prêts à en découdre

Kilomètres (de voirie municipale). Cumulé, le réseau routier des quelque 36900 communes représente un peu plus que la distance de la terre à la lune…

Lamartine. Le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 1848 définissait les élections comme l’accomplissement de « la plus sublime des poésies ».

Métropole. Il ne s’agit pas de la nouvelle venue dans le paysage local puisque la DATAR de la grande époque avait déjà imaginé les métropoles d’équilibre dans les années 1960, mais d’une forme très aboutie de regroupement intercommunal pour les plus peuplées d’entre elles. Avec des exceptions « PLM » pour Paris, Lyon et Marseille.

Noël (Père) Le programme des prétendants s’apparentera-t-il à une longue liste ?

Parité. Le scrutin de liste la permet. Pour les têtes de liste, c’est autre chose !

Quarteron (de la décentralisation). Composé du contribuable, de l’usager, de l’électeur et du citoyen, c’est la même personne à différents moments de la journée, selon les situations (locales) qu’elle rencontre ! Ce quarteron est exigeant et n’est pas exempt non plus de contradictions, demandant par exemple plus de services publics mais moins d’impôts locaux.

Réseau. Etre connecté ou pas ! Tel est l’enjeu pour les édiles ; enjeu augmenté de l’accès au cloud pour le citoyen.

Schéma. Nul n’entre ici s’il ne maîtrise (parfaitement !) les SCOT (schémas de cohérence territoriale), PLU (plan local d’urbanisme) et autres PPRI (plan de prévention des risques d’inondation)

Taille des communes. Très suivie car elle détermine le nombre de conseillers municipaux…

Usager. Très écouté par les édiles, surtout dans les semaines précédant le scrutin.

Vainqueur. Bien que tête de liste, le maire n’est pas élu le jour des municipales, mais quelques jours après, lors de la séance intitulée le troisième tour des municipales.

Wagon (des réformes). Toute équipe sortante ou challenger aura dans sa besace les réformes à conduire pour les six années de la mandature

X. les nombreuses inconnues du scrutin de mars 2014.

Y a qu’à. Une armée très nombreuse, mais pas toujours très constructive.

Zorro. Le maire serait plutôt un héros de tous les jours, sollicité par les femmes et les hommes dans deux difficultés très concrètes que sont le logement et l’emploi. Une des raisons donc de sa permanence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + neuf =