Actualités

peut-on gagner la fronde contre l’Etat

1 juin 2015 | 0 commentaire

Les élus peuvent-ils gagner face à l’Etat dans leur combat pour atténuer la baisse des dotations ? La puissante Association des maires (AMF) de France vient d’entrer dans la danse, avec force déclarations et un rendez-vous de son Président chez le Premier ministre. Avec deux titres de Philippe Ariès, L’homme devant la mort et Le présent quotidien, tâchons d’y voir plus clair.

Le présent quotidien. L’Etat au sens large doit diminuer son train de vie. Cela ne concerne donc pas seulement l’Etat régalien mais les administrations publiques dans leur ensemble. Les élus ont voté leurs budgets 2015. Année qui sera marquée, pour la première fois de leur histoire, par une baisse des budgets locaux. Ce qui veut dire une baisse des interventions, une diminution des investissements. Ceci afin de reconstituer les marges, seul gage de « passer le futur ». Ces marges se nomment autofinancement (ce qui permet de financer un investissement sans emprunt) et baisse des dépenses de personnel.

L’homme devant la mort (des finances). En plein débat sur la finalisation du vote de la loi NOTRe – Nouvelle organisation territoriale de la République – les élus font le siège de l’Etat pour obtenir une inflexion de la baisse des dotations. Certes. La difficulté est que les collectivités locales doivent intégrer pleinement que la donne a changé. Durablement. Et que le système précédent selon lequel on déterminait d’abord ses dépenses pour fixer ensuite ses recettes (fiscalité en hausse, emprunt, subventions des partenaires…) est bel et bien mort.

Une chose est sûre : le qualificatif de « fronde » est particulièrement peu adéquat si l’on espère une quelconque atténuation de la part de l’Etat. N’oublions pas que Louis XIV mît au pas les velléités et revendications au lendemain justement… de la Fronde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − dix =