Actualités

Prix Goncourt

7 novembre 2016 | 0 commentaire

L’immuable café Drouant. Le suspense et l’angoisse à l’heure de la désignation de l’heureux lauréat du prix Goncourt.  Françoise Chandernagor, l’un des membres du jury, s’est rappelée de l’héroïne de son roman qui, dans La Sans Pareille, fustige les opérations urbaines des « architectes qui souhaitaient poétiser la ville à coup de barres de 400 mètres de long ».  Justement, des accessits au prix Goncourt auraient été également décernés ce jour-là.

Goncourt de l’incompréhension. Le jury a décidé de l’attribuer, à l’unanimité,  aux « protocoles de préfiguration des programmes de renouvellement urbain au titre du nouveau programme national de renouvellement urbain » (NPNRU). Ces documents permettent de « mener des études sur lesquelles il y a un consensus indiscutable », tout en précisant que lesdits protocoles sont signés « en général » à l’échelle intercommunale et concernent  « en général » plusieurs quartiers. C’est sûr qu’avec de telles « précisions », le risque juridique a été confiné dans un sarcophage infranchissable. Mais pour ce qui est du caractère opérationnel, l’usager pourra attendre. Le jury s’est plus particulièrement arrêté sur la formulation de « consensus indiscutable ».

Goncourt de Lapalisse. Il est décerné à la note de conjoncture de la Banque Postale récemment publiée. Elle explique doctement que « la chute des investissements  (des collectivités locales) a des effets sur la vie quotidienne des Français ». Sans blague ! La même note précise également que « les situations individuelles  (des collectivités) demeurent très disparates ».  M. de Lapalisse n’aurait pas dit mieux !

Déjà une première sélection pour le Goncourt 2017. Figureront dans les présélections les conclusions des travaux de la « troisième semaine de l’innovation », qui se tiendront en fin novembre 2016. Ces derniers se donnent comme objectif de « produire plus de sens » avec « la construction de coopérations inédites avec le secteur privé ». Avec l’aide du « secrétariat d’état chargé de la réforme de l’Etat et de la simplification ». Le jury Goncourt brûle d’impatience de lire le manuscrit final.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + treize =