Actualités

Requiem pour la fiscalité locale

19 octobre 2019 | 0 commentaire
Cimetière de Cumieres-le-Mort-Homme (code postal : 55100). De notre envoyé spécial. A la veille du 2 novembre, jour des morts, portons un (dernier) regard sur la fiscalité locale, avant son enterrement en grandes pompes, dans le cadre de la prochaine loi de finances initiale.

Le requiem est un texte de messe… votive pour les défunts. Ça tombe bien ! Le projet de loi de finances (PLF) pour 2020 sera bientôt enterré, euh, voté. On vous fera bien sûr grâce de son analyse in extenso, et notamment de l’article 5. En effet, ce dernier explique, en pas moins de 25 pages serrées, la réforme de la taxe d’habitation. A côté, les messes  cathodiques du Grand débat de l’hiver dernier passent pour un sympathique introit ! On vous explique donc le jugement (fiscal) dernier : Exit la taxe d’habitation pour tous en… 2023. Mais attention, hein, uniquement pour la résidence principale. Et on vous rassure : les concessions perpétuelles ne sembleraient pas, à ce stade, concernées.
Le requiem est une forme à l’accusatif du latin requies, qui signifie repos. Et là, on peut parler de repos éternel. Enfin pas pour tous. Car les associations d’élus accusent en ce moment. Elles portent le combat contre cette disparition programmée de la fiscalité locale, dans le cadre de leurs grands messes annuelles, et à coup de déclarations enflammées, contre la « perte de marge de manoeuvre des collectivités ». Le seul petit hic pour les zélus est que la tambouille fiscale intéresse moins les électeurs que les variations du prix du litre de super au supermarché du coin, celui qui est situé après le rond-point. En même temps, on les comprend au vu des questions : « est ce que je te compense à l’euro près ? » Ou bien « est ce que la dotation de compensation sera horizontale ou verticale ? »
Requiem pour un fou. « Le jour se lève, la nuit pâlit. C’est l’heure de sonner l’hallali », comme disait Johnny dans son single intitulé justement requiem pour un fou. Sonnons-le ! En plus, il est un sujet qui semble s’imposer dans la campagne municipale. Il s’agit de la gratuité des transports publics. Bel exemple de grand écart entre l’idée et kikilapaye. Pas l’État, qui doit déjà payer… la suppression de la TH. Pas les communes, qui ont perdu ou sont en train de perdre le pouvoir fiscal. Pas les entreprises car elles paient déjà le versement transport. Bon ben, ça sera finalement pour les zinterco. Et ça tombe bien, on ne vote pas directement pour elles en mars 2020. Et ne vous plaignez pas ! Sinon vous allez finir dans une commune à zéro habitant… comme à Cumieres-le-Mort-Homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 − 2 =