Actualités

Rue de la bibliotheque

22 février 2018 | 0 commentaire

« Voyage au pays des bibliothèques, lire aujourd’hui, lire demain ». Ce rapport va-t-il nourrir les rayonnages desdites bibliothèques des territoires ? Faire appel à un Prix Goncourt et académicien pour réaliser un tour de France de la lecture publique suscite naturellement de l’intérêt. Le souci est, comme toujours, le devenir dudit rapport.  Confié à Erik Orsenna, ce rapport vient d’être remis au président de la République à la bibliothèque des Mureaux. Point d’étape à l’aide de quelques-uns des romans d’Erik Orsenna.

La bibliothèque coloniale. L’objectif de cette mission était de préparer la mise en œuvre d’un engagement présidentiel « d’ouvrir mieux, et donc, plus, les bibliothèques », d’étendre leurs horaires en soirée et le week-end.  Le rapport souhaite mettre en œuvre « rapidement » cette mesure dans « trois bibliothèques universitaires le dimanche à Paris » et envisager l’ouverture, toujours le dimanche, « d’espaces de coworking » (en français : cotravail) dans des locaux publics fermés le dimanche tels que les restaurants administratifs. Rappelons juste que les universités sont censées, depuis 1968, être autonomes. Pour les communes, il faut remonter à la loi de 1982 ou, si l’on est puriste, 1884…

La subvention est une chanson douce. Tout rapport qui se respecte comporte un « plan national » accompagné de « mesures ». Ici, il est rappelé qu’une rallonge de 8 millions d’euros pour la « dotation générale de décentralisation » pour les bibliothèques a été votée au budget 2018. Cette somme permettrait de soutenir les projets d’extension d’horaires. Rappelons juste que le montant indiqué représente l’équivalent de moins de 200 « équivalent temps plein » pour toute la France. Pour une seule année. Soyons sérieux. Mettons en perspective ce chiffre qui, naturellement, peut paraître important à l’échelle d’une commune, avec les 10000 lieux de lecture publique en France.

Sur la route du papier. Le rapport prévoit également de conditionner l’octroi de subventions de l’État pour des investissements dans une bibliothèque à l’adoption d’une « charte de lecture publique définissant les ambitions en matière de lecture publique, au niveau d’un bassin de vie ». Désolé, le traducteur ne fonctionnait plus !

On résume le rapport. Avec les 35 heures, les gens disposent de plus de temps sur des plages plus larges. Mais, en même temps, les 35 heures ont généré des diminutions d’ouverture desdites bibliothèques. Ben oui, puisque la durée du travail diminue. Donc il faut plus de monde pour élargir les plages. Mais sans moyens supplémentaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 1 =