Actualités

Le Tour de France de la fiscalité locale

11 juillet 2017 | 0 commentaire

Au Tour de France, si l’on fait demi-tour, c’est pour porter secours à son leader. C’est ce qui vient d’arriver à la fiscalité locale. Il a en effet été décidé « d’écouter » puis « d’entendre » celui qui est roi, à savoir le contribuable. Lisez le récit de notre envoyé spécial sur les routes (fiscales) du Tour.

Vainqueur de l’étape : le contribuable local. Il remporte une victoire certaine. En effet, 80% des contribuables ne paieront désormais plus la taxe d’habitation (TH). Rappelons que la TH est acquittée par les résidents (de la République). Mais concrètement, quand ? Dès 2018 ? Plus tard ? A la  fin du quinquennat ? Finalement, dès l’édition 2018 de la Grande Boucle.

Maillot jaune : l’Etat. Au moins pour une journée. L’Etat endosse la précieuse tunique. Celle de la baisse des impôts (locaux). Quelques milliards en moins qui seront « compensés » aux élus locaux. Pourquoi ils râlent alors ? Parce que l’Etat va compenser à l’année n. Et c’est grave ? Non, juste que les (éventuelles) hausses ne seront plus compensées.

Prix de la combativité : les maires. Le jury des commissaires a décidé – à l’unanimité moins une voix, celle du service de presse de l’Elysée – de leur attribuer ce prix. Il récompense le combat de ceux qui réclament le maintien de la fiscalité locale. Il est vrai que ce combat n’est guère populaire ! Sauf à considérer que, à chaque question posée, le maire et les élus répondent « présents ». Au gré de l’actualité. Des classes en petits effectifs pour les CP ? Les maires sont appelés à construire des classes. Fin de la réserve parlementaire ? Les associations vont se tourner vers les élus. Renforcement de la sécurité ? Les maires sont « appelés ».

Lanterne rouge : le contribuable national. Un jour, on lui explique qu’il manque 8 milliards d’euros pour boucler le budget 2017. En même temps, on lui dit que l’Etat va s’acquitter d’une grande part de la taxe d’habitation, pour un montant qui avoisine, à terme, les 10 milliards d’euros. Comme disait la chanson, « on avance, on avance, on n’a plus assez d’essence pour faire la route dans l’autre sens… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + 11 =