Actualités

2020 dans les territoires (2)

14 décembre 2020 | 0 commentaire

Une année dans les territoires, sur fond de confinement pour cause de covid-19. Aujourd’hui, le deuxième trimestre 2020.

Avril (le 1er) : un quarteron de projets en retraite… A l’occasion du centième anniversaire du putsch des généraux d’Alger, on a retrouvé dans les archives d’un ex-conseil départemental la trame d’un discours du général De Gaulle : « Un pouvoir territorial s’est établi en France en quelques années par une série de réformes législatives incompréhensibles pour le citoyen et qui s’est traduit par la quasi disparition de l’État, en dehors des maires et des gendarmes… Ce pouvoir a une apparence : un quarteron de millefeuille territorial. Il a une réalité : des groupes de think tank et de sondeurs, partisans, bercyens, ambitieux et approximatifs. Ce quarteron possède un savoir-faire limité à l’horizon de la grandeur passée de la France. Car l’immense effort de redressement de la France, nécessaire, entamé depuis le fond de la crise du covid de 2020, doit être poursuivi. »

Milou en mai. En hommage à Michel Piccoli, les demoiselles nous ont sélectionné trois films. Avec Belle de jour, il est rappelé que l’Etat et les collectivités dorment dans le même lit mais ne font pas les mêmes rêves et Michel Piccoli s’offre ici son premier film à scandale, dans lequel Catherine Deneuve joue une bourgeoise communale insatisfaite par son mari, l’Etat. Avec la grande bouffe (des dotations), Michel Piccoli campe un dîner de millefeuille (territorial of course) qui se transforme en suicide collectif, par excès d’ingurgitation de dotations. Reste le mépris (des territoires) dans lequel un jeune couple, formé d’une métropole et d’une commune nouvelle, subit les assauts de l’Etat.

Juin : l’histoire de France est un bloc. Après la polémique sur Maurras et Colbert, voici les prochains sur la liste des récusés. Saint-Louis, tout d’abord. Comment l’histoire de la France pourrait-elle en effet accepter d’enseigner encore les louanges de l’organisateur des croisades pour Jérusalem ? Jules Ferry, ensuite. Le nom du fondateur de l’école laïque, gratuite et obligatoire ne doit plus être prononcé, ni célébré ni écrit. Ben oui, Ferry le tonkinois avait parlé à la tribune de la Chambre des « droits des peuples supérieurs sur les peuples inférieurs ». Charles De Gaulle, enfin, au regard de ces mots prononcés durant sa présidence : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen, de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − 1 =