Actualités

Casse-noisette territorial

6 septembre 2020 | 0 commentaire
5 septembre 1661. D’Artagnan et ses mousquetaires arrêtent le surintendant des finances, Nicolas Fouquet, tombé en disgrâce pour avoir voulu impressionner le roi-soleil. En rappelant que le fouquet désigne une sorte d’écureuil, symbole de la famille déchue, enjambons les décennies et intéressons-nous à l’animal vedette du secteur bancaire français, bien présent dans les territoires aujourd’hui.

La défiance : Vaux le Vicomte. Dans le château de Vaux-le-Vicomte, que Nicolas Fouquet a fait construire, l’écureuil est partout présent : sur les murs et en liberté dans le parc. Ce même château signera sa perte au soir d’une fête mémorable, à  l’été 1661, à laquelle Louis XIV assistera lui-même. Avis aux zélus zélés en ce début de mandat qui ont promis de faire revivre l’esprit du Grand Siècle par des rénovations somptueuses de leur patrimoine. On leur conseille vivement de relire avant les appels d’offre les mésaventures du surintendant.
Le symbole : l’écureuil. Le fouquet désigne un écureuil en gallo, cette langue bretonne. D’argent à l’écureuil rampant de gueules, disent les armes de la famille déchue. Avec ses vertus d’agilité, l’écureuil est l’animal vedette du secteur bancaire français. La marque et l’emblème de la Caisse d’Épargne sont tellement imbriqués qu’ils en sont devenus interchangeables au fil du temps. A l’aube des années 2020, l’Écureuil fournit environ un quart des emprunts aux collectivités locales. Une présence historique qui ne se dément pas au fil des années, en dépit des vicissitudes des autres grands acteurs, depuis la disparition de Dexia au tournant des années 2010 jusqu’au poids de La banque postale (LBP).
L’actualité : les territoires. A l’heure du plan de relance baptisé France relance, rappelons que, contrairement à certaines idées reçues, le secteur public local est …peu endetté. En points de PIB, c’est moins qu’en 1982. Est-ce à dire que les zélus, vous savez ces vulgaires cousins de province, non seulement n’auraient pas les poches percées, mais auraient accumulé les noisettes au fil des années ? Pas si vite ! Car l’État central a (fortement) contribué à maintenir les recettes de fonctionnement des collectivités pendant le covid-19. L’heure de tirer les dividendes, en les faisant passer à la caisse (d’investissement) serait-elle arrivée ? En voilà une idée qu’elle est bonne. Et ça tombe bien ! L’écureuil et ses concurrents sont au coin du bois, euh de la rue, prêts à leur prêter pour financer les projets de l’Etat…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 13 =