Actualités

Deux mille vingt

2 janvier 2020 | 0 commentaire
Les esprits rationnels seront rassurés. Vingt fois cent plus vingt. Ça claque comme un problème de maths de feu le certificat d’études… Justement ! Suivez-nous dans l’épreuve littéraire qui consistait à classer les cent romans des lecteurs du grand quotidien du soir. Puis appliquons aux territoires les titres du tiercé gagnant que sont Harry Potter, Voyage au bout de la nuit et A la recherche du temps perdu.

Harry Potter. Sortilège ou prédiction ? Avec une fable progressiste empreinte d’humanité, ne cherchez plus le lien avec les zélus ! On est en plein dans le monde (virtuel) des lendemains (électoraux) qui chantent et de la magie fantastique qui chasse les (méchants) démons des oppositions. « The » roman à (re)lire avant le scrutin des 15 et 22 mars ! Mais pendant vos RTT et autres décharges électorales.
Voyage au bout de la nuit. Il est vrai que l’année 2019 a dû paraître interminable, avec plus d’une année pour voir aboutir la loi d’orientation des mobilités (et encore sans moyens financiers dédiés). Heureusement que Sénat et Assemblée nationale se sont mis d’accord pour la loi « engagement et proximité ». Lorsque paraît le roman phare de Céline, la durée du mandat municipal est en train  de passer de quatre à six ans. Depuis, cette durée est restée la même, y compris pour le mandat à venir 2020-26. Même si la censure de la bien pensance a dû s’étrangler devant l’apparition de Louis Ferdinand Destouche, dit Céline, en Poulidor du classement des lecteurs. En même temps Bardamu exerçait dans ce que l’on qualifierait aujourd’hui de désert médical…
A la recherche du temps perdu. Lequel ? Celui du mandat municipal qui s’achève dans quelques semaines. Peut-être. A moins qu’il ne s’agisse de l’ancien monde. Vous savez, celui du cumul des mandats locaux. Ou encore celui du temps passé à faire accepter, voter, financer, construire, puis inaugurer les projets du mandat 2014-20. Avant la date fatidique de la période de réserve électorale, invention  tellement pratique qui de facto retarde (encore) les projets de quelques semaines  ! Pour entrer en campagne et solliciter le suffrage des zélecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux − un =