Actualités

House of cards

13 novembre 2020 | 0 commentaire

La directrice générale des services refuse de débloquer les crédits pour les premières mesures de la nouvelle équipe politique, suite à l’alternance. Du calme camarade territorial(e) ! Ça se passe aux States, et non en France après les municipales. Parce que sinon, quelle impertinence devant les zélus nouvellement zélus. Non mais, quel toupet… Suivez-nous dans ce ballet post-électoral de la démocratie (locale) en Amérique et en France.

Et pour quelques dollars de plus… Selon le Presidential Transition Act of 1963, la directrice des services généraux de l’administration américaine doit en effet formellement reconnaître Joe Biden comme le vainqueur de l’élection présidentielle afin de valider la procédure. Ceci débloquera alors de jure les financements qui sont octroyés au futur président des États-Unis pour effectuer la transition, dont le coût est estimé à 10 millions de dollars. Après la validation de la procédure, la future administration a deux mois, jusqu’au 20 janvier, pour se mettre en place.

Mon nom est personne. Et au pays de l’ancien régime et de la Révolution ? On vous indique que le fonctionnement de la démocratie outre-Amérique prévoit que le ou la directeur-trice général-e des services (DGS pour les intimes) dégage fissa après les élections, qu’il y ait alternance ou pas d’ailleurs. Et sans lui demander son avis. Plus exactement, on lui laisse six mois pour faire ses bagages. Précisons tout de même qu’on lui demande au préalable de préparer la séance d’installation des nouveaux zélus, des commissions et des premières mesures budgétaires. Faut qu’il bosse jusqu’au bout quand même !

A la Maison Blanche. Retour aux States. Claire Underwood, euh pardon, Emily Murphy est avocate. Directrice des services généraux de l’administration américaine (General Services Administration, GSA), elle détient les clés de la transition. Toutefois, elle bloque pour le moment la procédure officielle d’arrivée de l’équipe du President elect. Or, son rôle est primordial dans le passage de témoin qui doit avoir lieu entre le président sortant et le futur locataire de la Maison-Blanche.

Gageons que quelques cadres territoriaux aient inconsciemment ou non fait la comparaison des modes de fonctionnement entre les deux côtés de l’Atlantique. I have a dream…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 18 =