Actualités

Langue de bois

5 juin 2020 | 0 commentaire

Troisième bois (sur plan). De notre envoyé spécial.  Alors que les tractations en vue de la composition des listes pour le second tour des municipales ont pris fin, jetons un coup d’œil sur le nouveau concept qui fait fureur, celui de la victoire en l’état futur d’avancement (VEFA). Cette notion est inspirée des techniques de construction du bâtiment pour attirer le chaland euh, l’électeur : ce dernier achète sur catalogue le projet de ses rêves, proposé par des vendeurs qui s’allient face à la concurrence. Et c’est vrai ? Ben, allez voter d’abord.

Promenons-nous dans les bois… Exit le projet parisien de Central Park lancé par un ancien candidat de l’arème (politique). Et puis, par les temps qui courent, il est vrai que la référence aux cousins de la démocratie en Amérique est un poil moins tendance. Dès fois qu’il y aurait des manifs ! Alors, zou, direction le bon vieux bois. Mais, il y en a déjà eux à Paris sur les 105 km2 de surface. Qu’à cela ne tienne, il y en aura trois. Où donc ? Dans le nouveau quartier de Charenton. Bercy beaucoup. Paris vaut bien une messe (verte), non ?

Alors que le loup n’y est pas… Mais qui est le loup ? Vaste question à laquelle de nombreux psychiatres ont déjà cherché à répondre, même en s’avançant masqués. Dans le cas présent, ce pourrait être l’électeur qui n’est même pas (beaucoup) passé par ici (le 15 mars) et qui hésite (encore plus) à repasser par là. Il faut dire qu’il est perdu dans les bois entre, d’une part, les 30000 et quelques maires déjà zélus et, d’autre part, les quelque 5000 qui ne le sont pas encore. Avec un mode de scrutin qui permet de se maintenir au second tour avec 10% des suffrages exprimés (et non des inscrits). D’où les triangulaires, quadrangulaires, voire plus si vous n’avez pas réussi votre VEFA.

Si le loup y était, il nous mangerait… Bon d’accord, là, le loup change de visage. Il prend celui de la « figure tutélaire et immense, douce et rassurante », toujours pour paraphraser Tocqueville en parlant de l’État. Version Chaperon rouge donc. Car il est vrai que les engagements financiers pris par l’État ces jours-ci en faveur des collectivités locales se chiffrent en milliards d’euros. Mais après ? Le second tour des municipales a lieu le 28 juin, date anniversaire de Sarajevo (1914) ou du traité de Versailles (1919). Camarade, choisis ton camp. L’État fera de même pour ses futures relations financières avec les collectivités.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + 4 =