Actualités

Les maux et les choses

15 mars 2020 | 0 commentaire

Hommage à l’école des Annales en ces temps troublés. Ce courant de l’histoire s’appuie sur les récits et les archives, notamment pour comprendre le Moyen-âge, cette période mal connue, qui a dû faire face à la grande peste. Et puis, dans la tradition des Annales, l’hommage s’étend à Marc Bloch, décrypteur hors pair des comportements humains en période de crise, comme dans l’étrange défaite. Suivez-nous au XIVème siècle dans ce MOOC improvisé.

Propagation : à deux étapes du Tour de France. Au cours de l’hiver 1347-1348, la peste touche les ports méditerranéens, dont Marseille. En janvier 1348, elle est en Avignon et à Montpellier. Elle remonte la vallée du Rhône, tout en atteignant les ports atlantiques. En juin, elle arrive à Bordeaux, d’où elle se propage en Angleterre et en Normandie (juillet), touchant ensuite la vallée de la Seine. À partir du mois d’août, la chronique de Saint-Denis recense huit cents morts par jour dans Paris pendant dix-huit mois. La peste poursuit sa route vers le nord de l’Europe, sans respecter les esquisses de frontières et traités péniblement acquis…

Confinement : une technique radicale. A la fin du XVe siècle, il est contesté que la peste se propage par voie aérienne et suggéré une contagion d’homme à homme ou d’animal à homme. Dans ces conditions, il importe d’isoler les villes et les régions atteintes.  Par exemple, en Catalogne, les villes contaminées sont isolées par des cordons de soldats. Cette technique est appliquée avec un réel succès puisque l’armée coupe les communications et tire à vue sur les personnes qui tentent de passer. Plus radical on en convient que les fermetures de cafés et les interdictions de rassemblement de plus de x personnes… Et plus simple que le raffinement des techniques, controversées, de maintien de l’ordre de l’encagement…

Responsabilités. La peste anéantit des communautés, détruit les solidarités traditionnelles et ébranle les fondements de la société médiévale. Après une longue période de stabilité, la France, en construction, est plongée depuis une décennie dans un conflit dynastique appelé plus tard la guerre de Cent Ans. Les médecins médiévaux pensaient que la maladie venait de la corruption, ou pestilence, de l’air. On reste chez soi. Chacun se méfie de ses voisins. Les villes excluent tout ce qui est impur, des mendiants aux étrangers. La peste fait éclater la haine contre les Juifs, qu’une rumeur accuse d’avoir empoisonné les puits. Certaines élites municipales, la reine Jeanne de Naples dans le sud de la France ou le pape Clément VI en Avignon tentent de les protéger. D’autres préfèrent endosser la persécution.

L’étrange défaite disait-on…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 1 =