Actualités

L’etude du certificat

20 août 2020 | 0 commentaire

20 août 1866. Dans une France en pleine expansion économique, le ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, donne le coup d’envoi du certificat d’études. Et quel est l’échelon chargé de l’organiser ? Le conseil départemental d’alors, qui s’appelait le conseil général. Ça alors ! La France de Napoléon III donnait des vraies responsabilités aux collectivités.

Déconcentration.  L’organisation de l’examen est confiée à la libre discrétion des conseils généraux qui administrent les départements. Que la République (décentralisée) était belle sous l’Empire donc… Rassurez-vous ! La IIIeme République (centralisée) reprend très vite la main lorsque, le 28 mars 1882, un arrêté  de Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique,  décide que l’examen soit organisé sur une base nationale.
Sélection. Le certificat est destiné aux « élèves qui auraient subi avec succès un examen portant au moins sur l’enseignement obligatoire », c’est-à-dire la lecture, l’écriture, l’orthographe, le calcul et le système métrique. Le certificat d’études sera un moteur puissant d’ascension sociale. Il va contribuer à la sanctification de l’école et de la culture classique. Même après la Seconde Guerre mondiale, il ne sera octroyé qu’à la moitié de chaque classe d’âge, les instituteurs ne présentant à l’examen que leurs meilleurs éléments. On est donc très loin des taux de réussite actuels du baccalauréat.
Mythification. Le « certif » va très vite devenir le sésame des jeunes de la IIIeme  Aujourd’hui, on peut  trouver dans les étals des kiosques les fac similés des épreuves. En voici un exemple, en ces jours précédant la rentrée : « Sachant que l’augmentation différenciée annuelle des dépenses sociales des conseils départementaux est inversement proportionnelle à la perte de leur autonomie fiscale, combien de temps vont tenir les finances des départements ? » Ceux qui trouvent se verront gratifiés en grands électeurs supplémentaires pour le scrutin sénatorial du 27 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 4 =